Trouver du sens à la croisée des chemins vers soi, vers l’autre et vers le monde

Pourquoi apprendre à se connaître ? Pourquoi apprendre à connaître les autres et à améliorer nos relations à eux ? Pourquoi être curieux des évolutions du monde ?

Car c’est à la croisée des chemins vers soi, vers les autres et vers le monde qui nous entoure que se trouve… le sens.

Le « sens » peut être entendu comme DIRECTION (vers où aller ?), comme SIGNIFICATION (pourquoi y aller ?) ou comme SENSATION (quelle expérience cela produit-il ?). Il peut être recherché ou donné, pour un projet, une action, son travail, son quotidien, sa vie…

Le sens est éminemment subjectif. Il me semble que c’est autant sa faiblesse – il peut être remis en cause si facilement – que sa force – il est adaptable, renégociable, et peut être d’une richesse infinie. Le sens que nous donnons à nos actions, à nos gestes, à nos mots, à nos choix, à notre quotidien, à notre vie, n’est pas le résultat d’une simple équation rationnelle. Il est le résultat d’une infinité de pensées, de sensations, d’émotion, et d’éléments de nos imaginaires. Toutes les histoires que nous nous racontons, consciemment ou inconsciemment, tous les symboles que nous voyons ou que nous mettons dans les choses et dans les événements, toutes les interprétations que nous faisons à partir de ce que nous percevons dans et autour de nous, constituent les éléments de notre histoire et de notre identité, et forgent le sens de ce que nous sommes et de ce que nous faisons. J’ai découvert un podcast à ce sujet, que j’ai plaisir à partager avec vous.

« L’imaginaire, c’est d’abord la manière qu’ont les humains de donner un sens subjectif à ce qu’ils perçoivent et à ce qu’ils font. »

Daniel Kaplan

Au niveau de chacun.e comme au niveau de notre société, porter attention à soi-même, aux autres et au monde, c’est reconnaître ce qui est, et l’intégrer dans des histoires, des récits, des interprétations, des imaginaires, qui donnent du sens à notre passé et nous permettent de nous projeter dans l’avenir.

« Un récit / un imaginaire, c’est une capacité à se projeter dans un monde qui fait sens pour nous, à s’imaginer soi-même dedans, à imaginer ses relations avec les autres, à imaginer son cheminement, son fonctionnement quotidien. »

Daniel Kaplan

Ce sont des extraits du podcast SISMIQUE, et en particulier de l’épisode « Ouvrir les imaginaires » avec Daniel Kaplan.

Cela vous intéresse de porter attention à ces trois pôles complémentaires que sont : vous-même, les autres et le monde ? Cela vous intéresse de faire remonter à la surface de la conscience et de la (re)connaissance ce qui imprègne vos imaginaires et fait ainsi sens pour vous ?

ABONNEZ-VOUS AU SITE, ET RECEVEZ GRATUITEMENT :

  • un déroulé d’atelier à faire en solo ou avec d’autres, pour une réflexion créative intitulée « (RE)DONNER DU SENS À SON ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE : SE METTRE À L’ÉCOUTE DE SOI, DE L’AUTRE ET DU MONDE EN UTILISANT LE JOURNAL CRÉATIF© ». Vous y serez guidé.e, pas à pas, dans une introspection intellectuelle autant qu’émotionnelle, pour mettre au jour le fil conducteur de votre engagement professionnel.
  • le PDF du jeu de cartes de la Révolution Relationnelle : 42 cartes à découper et à piocher au hasard (ou à choisir…) pour se poser 42 questions essentielles de la vie, prendre le temps d’y réfléchir et mettre des mots sur sa relation à soi-même, sur sa relation aux autres et sur sa relation au monde… Et pourquoi pas écrire un petit texte mettant noir sur blanc les réponses qui vous viennent en tête…

Je souhaite être prévenu.e de chaque nouvelle publication, et recevoir en cadeau :
- le jeu de cartes de la Révolution Relationnelle
- l'atelier "(Re)donner du sens à son activité professionnelle"

Partagez si vous le souhaitez le résultat de vos réflexions dans les commentaires ci-dessous. Bon cheminement !

1+

Votre commentaire ici :

Je souhaite être prévenu.e de chaque nouvelle publication, et recevoir en cadeau :
- le jeu de cartes de la Révolution Relationnelle
- l'atelier "(Re)donner du sens à son activité professionnelle"